La pêche

La pêche fait partie de l’identité et de l’histoire du territoire de l’Agglomération de Fécamp Caux Littoral. Aujourd’hui, ce secteur représente :

  • Environ 140 marins répartis sur 26 navires dont plus de 50 % de moins de 12 mètres
  • 6 112 tonnes débarquées en 2015 soit 45 % du volume de Seine-Maritime
  • 3 088 tonnes vendues à la criée de Fécamp en 2018.

Les principales espèces pêchées sont le hareng, la coquille Saint-Jacques, le maquereau, et la roussette.

Un fonds de soutien à la filière 

L’Agglomération Fécamp Caux Littoral a engagé sur son territoire en 2017 le DLAL (Développement Local mené par les Acteurs Locaux), mesure régionalisée du Fonds Européen pour les Affaires Maritimes et la Pêche (FEAMP). Seulement deux territoires en Normandie en bénéficient.

Concrètement, une enveloppe de 1 068 000 € (abondée par le Fonds FEAMP et la Région Normandie) est disponible pour financer les projets des acteurs du territoire s’inscrivant dans la stratégie « faire des filières pêche et aquaculture des vecteurs d’innovation, de liens et d’identité ». 

Des emplois à terre et à mer

La filière pêche et aquaculture est également source d’emplois à terre : la Criée de Fécamp emploie aujourd’hui 15 personnes, les métiers du mareyage et de la poissonnerie.

Liées à l’histoire de la pêche fécampoise, deux entreprises de salaison et de fumaison de poisson sont présentes sur le territoire :

  • Delpierre, implanté à Fécamp depuis 2003
  • SEPOA-DELGOVE, entreprise familiale depuis 1936, qui emploie actuellement 21 salariés.

La filière aquaculture est, quant à elle, représentée par deux entreprises de pisciculture, où les espèces élevées sont le saumon, la truite et la carpe.

Un lycée maritime et un musée

A Fécamp, le Lycée maritime Anita Conti forme aux métiers de la mer et le Musée des Pêcheries présente l’histoire maritime de la ville.

Chiffres-clés :

  • 140 marins-pêcheurs
  • 150 élèves au Lycée maritime Anita Conti
  • 5 projets déjà  soutenus par le DLAL FEAMP